AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Journal de Jay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joranne Ogerau
† Espèce inconnue †

avatar

Date d'inscription : 07/08/2009
Nombre de messages : 32
Age : 27
Doublon : Ace
Maître : Maev', si on peut dire.

Esclave : Le soleil
Métamorphose : Nancy

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Journal de Jay   Ven 14 Aoû - 19:01

Joranne Ogerau Maestre
Ou la vérité révélée.






13 mars 2153.

Les vampires ne changent pas. C'est un fait avéré, puisque la mort leur apporte l'immortalité et en même temps cette apparence immuable qui les suivra de leur mort humaine jusqu'à la fin des temps. C'est triste, quand on y pense. Mais je pleurerai pour eux un autre jours. Quand je n'aurais vraiment plus que ça à faire. Ils ne changent pas donc. Figés, des mannequins dans une vitrine délabrée, comme celle juste en bas de chez nous avant qu'elle n'ouvre de nouveau ses portes. Ce qui m'étonne, moi, c'est que ma façon de les voir ne change pas non plus. Si vous me dites "vampire", je le vois lui. Le tout premier. Celui dont je ne sais rien. Je ne sais même plus à quoi il ressemble. Dans mon souvenir, il est grand. Une silhouette, ni plus ni moins. mais mon imagination de gamine et tous ceux que j'ai vu après m'aident à lui donner un visage, une expression. JE ne crios pas en Dieu, et je sais qu'il n'y a pas de Diable. Mais si le grand cornu existait, pour moi, ce serait lui. Parce que Nancy a été terrorisée, et que Joranne n'a pas changé pour ça. Alors oui, mon Diable à moi est grand et fort, et il fait peur. Il a... les yeux clairs, bleu vert et en amande. Des cheveux bruns souples avec quelques anglaises pour adoucir le tout et un teint de cire. Il sourit. Il est beau. Monstrueusement beau. Et il est terrifiant.

"Nancy ?"

La voix de ma mère me fait sursauter et j'approche, hésitante mais obéissante.

"Je dormais, mais vous parlez fort, alors je suis venue."

Je parle à ma mère, mais je fixe l'homme, l'inconnu, comme s'il était le seul dans la maison. Les autres n'ont pas d'importance, vraiment pas. Il est là, il est tout. Fascinant et dégueulasse. Mais ce mot là n'a pas sa place dans la bouche de la Nancy de quatre ans. Elle, elle le trouve juste étranger. Et grand.

"C'est qui ?"

La réponse de mon père fuse et me fait sursauter, comme s'il arrivait juste dans la pièce alors qu'il est avec nous depuis le début. Avant moi même.


"Un client"

L'autre rectifie, d'une voix calme et posée, sans m'accorder un regard.


"Plutôt un patron. C'est moi qui donne les ordres. Votre fille ?"


"Nancy. Elle a quatre ans."

La voix de ma mère, pas vraiment rassurer. Je tends les bras machinalement et elle me prend dans ses bras. L'inconnu daigne enfin me regarder et je rougit.

"Maman ? Je suis fatiguée."

Je l'entends rire, parler d'enfants. Il n'ena pas et quand il me voit, il pourrait presque le regretter. Maman rafermit son étreinte et il la rassure

"Je les prends plus vieux. Et pas de fille. C'est trop fragile. De toute façon je ne suis pas là pour ça."

La conversation dure encore un peu, et ma mère ne me lâche pas. L'homme me regarde parfois, m'obligeant à détourner les yeux. C'est marrant comme les enfants sont fascinés par tout ce qui est monstre et horreurs. Pour les bêtes de foire et les démons dans les placards. C'est amusant aussi comme l'imagination d'une gamine de quatre ans place cet homme cruel dans la catégorie des gentils et la pousse à lui tendre une main pour toucher sa peau trop pâle. Il recule sous mes doigts et sourit, comme si c'était naturel.

"De l'argent, hein ?"


Il parle de ma gourmette, un peu trop large, qui tombe sur ma main et a manqué de le toucher. Un rire le secoue encore et je le fusille du regard, prenant ce geste comme une moquerie à mon égard. Du gentil, il est passé au monstre cacché sous mon lit, et je veux juste qu'il parte. Ce serait normal après tout. Mais celle qui part, c'est moi, portée par ma mère. C'est l'intrus, et c'est moi qu'on dégage, puisque je gêne. Qu'il crève au soleil celui-là tiens.

Mon tout premier vampire. Une ordure. Enfin je pense. Ce sont tous des ordures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Journal de Jay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Fallen † :: † La torture peut continuer † :: { Ace }-