AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kaitlenn Teagan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaitlenn Teagan
† Chasseur Fédéré †

avatar

Date d'inscription : 09/07/2009
Nombre de messages : 18
Age : 32

MessageSujet: Kaitlenn Teagan   Mar 18 Aoû - 21:10

} Identité
Nom(s) : Teagan
Prénom(s) : Kaitlenn, Lilian
Surnom(s) : Kate
Pseudo(s) : /
Âge & Date de Naissance : 27 ans, née le 8 Juin 2127
Groupe Sanguin : AB+
Emploi : /
État Civil : Célibataire
Groupe : membre de la fédération
Maître : /
Esclaves :/

_} Descriptions
Caractère : Les diamants identiques au charbon dans leur composition et pourtant tellement plus couteux. Précieux même. Les diamants, l’Or des courtisanes. Kaitlenn Teagan est l’une d’entre elle. Entre charme et manipulation. Une femme forte et fragile à la fois, inaltérable d’apparence. Comme beaucoup de ses semblables tirant sa force de ses blessures. L’apparence, révélatrice pour qui sait être attentif. Kaitlenn est avant tout une femme superficielle, magnifique et attractive, une croqueuse d’homme et de diamant. Voilà son apparence. Une collectionneuse, forte et charmeuse. Un peu creuse peut-être. Un peu trop belle pour être intelligente ?

En réalité et pour qui sait lire, Kate est une femme remarquablement paradoxale. Croyante et profane. Séductrice elle incarne le pêché de la chair et n’a nullement l’intention d’expier sa faute. Chacun sera jugé le moment venu et Dieu sait que Kate est une femme de grande valeur. Déterminée et lucide, il n’empêche pas qu’elle espère un miracle. Sa foi inculquée dès son plus jeune âge ne l’a jamais quitté, même lorsque l’ombre étouffait la lumière. Déterminée c’est le moins qu’on puisse dire, Kaitlenn est de ces femme qu’on tue en les immobilisant. Elle atteindra son but quoi qu’il arrive, sachez-le, il est inutile de se mettre en travers de son chemin .Une irlandaise, typique vous dis-je, dans toute sa splendeur. Toujours active, vive et efficace, le mouvement c’est la vie et celle-ci est un cadeau que l’on se doit de protéger. Jamais elle n’attentera à sa vie, jamais car c’est contre sa religion.
Kaitlenn est animée par le sentiment de justice et bien que chez elle celui-ci frôle la vengeance elle s’évertue à garder les pieds sur terre. Elle ne vaincra qu’en restant lucide et efficace. Cet excès ne concerne que les vampires qu’elle à en horreur. La justice est bien plus que le jugement et la punition, elle est aussi et surtout l’égalité. C’est une femme juste qui sait reconnaitre ses fautes. Elle est d’une exigence rare et ce envers chacun, elle n’accepte ni l’échec, ni la désobéissance. C’est ce qui fait d’elle un mentor de qualité. Paradoxale, c’était dit, désormais vous l’avez compris.

Forte et séductrice. Kate ne peut s’empêcher de chercher à susciter l’admiration chez ses pairs. Il est clair qu’elle à besoin de se voir dans le regard d’autrui. Si ce n’est de l’affection qu’elle cherche à obtenir c’est sa cousine. Etrangement si elle sait s’entourer Kate reste une femme méfiante et solitaire. Avoir confiance en quelqu’un ? Pour être déçue ? Inutile. Trop exigence, elle l’est. Connaissances, amis, amants sont autant de satellites à tourner autour d’elle. Il arrive pourtant parfois qu’elle accorde sa confiance, c’est alors irrémédiable. Loyale elle l’est autant qu’elle est infidèle en amour.
Sincère et franche elle assume son image et en joue, elle sait ce qu’elle vaut et ce qu’elle est. N’accorde que peut d’importance à l’avis d’autrui, certainement car rare sont ceux qui compte réellement pour elle. Elle perd toute mesure en ce qui concerne ceux qui lui sont cher.

Enfin on peut dire que Kaitlenn s’est laissé submergé par l’envie de vengeance il y à maintenant trop longtemps pour revenir en arrière. Sa raison tiens dans cette condition, ce but qu’elle a et pour lequel elle serait prête à tout, absolument tout. La haine qu’elle voue aux vampires surpasse l’entendement et l’épuise autant qu’elle la porte.
Car si d’ordinaire ses colères sont vive et éphémère, celle qui l’habite désormais est froide, effroyablement froide. Contenue et opposée de tout ce qui peut-être Kaitlenn Teagan.

Apparence : Kate est clairement de celles qui impressionnent. Une femme fatale. De ces Irlandaises qui accompagnent les légendes. Oui, en toute objectivité Kate n’a à envier personne. Peut-être quelques centimètres, mais sa corpulence légère lui donne une allure tout à fait charmante, l’air un peu frêle, délicate. Ses gestes vifs et nerveux balayent pourtant vite cette idée. Cette femme à l’allure d’un félin et tout comme lui elle est en perpétuelle chasse. Sa démarche le clame. Une femme fatale, une croqueuse d’hommes et de diamants.
Il y a plusieurs sortes de femmes, celles dont vous vous souvenez et celles que vous croisez sans les voir. Kaitlenn est de celles que vous n’oublierez pas, soyez en assurés. Elle le sait, en joue et même son arrogance vous plaira parce qu’elle à ce quelque chose d’envoutant qu’elle à calqué sur son défunt maître.

Rousse, obviously, à la chevelure souple et soyeuse. Kate s’occupe avec soin d’elle-même et joue de son physique typique. Toujours savamment coiffée/décoiffée, juste de quoi vous émouvoir. Une boucle qui glisse le long de son coup, sur ses clavicules, contrastant avec sa peau blanche. Cette peau de marbre. Rien n’est laissé au hasard. Même le léger hâle de ses joues est travaillé, du maquillage, parce que Kaitlenn est une femme pour qui l’apparence est primordiale. Se mettre en valeur est donc devenu quotidien et même si elle n’a pas besoin de maquillage pour marquer les esprits il est pour elle nécessaire. Une histoire de confiance voyez-vous. Alors ses yeux d’un vert profond brillent derrière de longs cils épais, d’un brun prononcé. Ces artifices renforcent son regard franc et, parfois même, gênant.

Evidemment Kaitlenn possède des traits harmonieux et doux quoiqu’affirmés, chaque détail de son visage s’accorde avec justesse et c’est ce qui la rend si enviable. Oui, un cliché en plus beau, et ce à l’unanimité. Suscitant jalousies et admiration. Même son arrogance, on l’a comprit, est adorable. Tout chez elle est calculé pour séduire, alors évidemment ses tenues vestimentaires sont étudiées. Féminine c’est le moindre des qualificatifs. Chasseuse et aguicheuse. Voilà qui résumerait bien son allure. Aguicheuse, mais pas vulgaire. Contradictoire, non ? Si. Autrement dit Kaitlenn dépasse parfois les bornes, mais son étrange prestance équilibre ses faux pas.
Oui, la seule chose que Kate n’avait pas prévue est aussi noire que sa peau est claire. Cette peau si fine sous laquelle courent, bien visibles, ces veines bleutées ; marquée en deux endroit par une encre indélébile. Tatouée, sur son poignet gauche les initiales de son ancien maître et, certainement une lubie, une branche de cerisier fleurie épouse la courbe de sa hanche droite.
Kate n’est pas une victime, pas une femme fragile, et si elle ne peut pas tout maitriser, elle assume ces symboles sans rougir.



Maladies : /
Lieu d'habitation : L’appartement de Kate se trouve dans l’ancien quartier chinois, le 13m arrondissement. L’immeuble où il se cache est encore en bon état et plutôt habité. Le bois recouvre pratiquement chaque surface de l’endroit, entre parquet et lambris. Les espaces immenses où on étouffe, elle à déjà donné. Plutôt petit et chaleureux donc, sobre et sans décorations superflues. Lumineux, évidemment.


Armes : Kaitlenn a la Foi et possède une longue chaine d’argent massif qui roule jusqu’à son nombril où une fine croix se balance. Autour de son poignet gauche une autre chaine est enroulée faisant quatre tours, une croix de la taille de sa paume y est pendue.
Pour ce qui est des armes à proprement parler Kaitlenn ne lésine pas sur les moyens. Elle sait se battre avec des armes à feu, mais à une préférence marquée pour les armes blanches. Le corps à corps et la douleur de ses adversaires sont pour elle jubilatoires.
Pas stupide pour autant, Kaitlenn possède un Beretta 92, commun et un peu lourd, mais rassurant par les 15 coups qu’il peut porter. Elle le porte à sa ceinture. Pour ce qui est des armes blanches Kaitlenn possède une dague de chasse toujours à portée de main et deux dagues de lancer.
Cet attirail lui suffit amplement, elle n’abime jamais ses armes ne les perds jamais.

Implants : Obviously not.
Métamorphose : /
Autre(s) : Kate est croyante. Elle à deux tatouages, des initiales à l’intérieur du poignet gauche et une branche fleurie sur la hanche droite.
Une longue chaine d’argent autour du coup où pend une croix, signe de sa religion. Autour de son poignet gauche, par-dessus sont tatouage, s’enroule quatre fois une seconde chaine ou une longue croix est pendue.

_} Hors Jeu
Célébrité sur l'Avatar : (à éditer)
Prénom et/ou vos Pseudos : Lily.
Âge : 16 ans depuis un moment déjà.
Lieu de vie : France
Niveau de rp : Pas mauvais je crois. Environ quatre ans de jeu.
Comment avez-vous connu le forum ? : Faolàn
Avez-vous lu le réglement ? :


Dernière édition par Kaitlenn Teagan le Mar 18 Aoû - 21:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaitlenn Teagan
† Chasseur Fédéré †

avatar

Date d'inscription : 09/07/2009
Nombre de messages : 18
Age : 32

MessageSujet: Re: Kaitlenn Teagan   Mar 18 Aoû - 21:11

_} Histoire
Origine(s) & Nationalité(s) : Irlandaise.
Famille & Entourage :
Seann (dit shaune) > Frère aîné de Kate, humain aux dernières nouvelles.
Siobhàn> Sœur aînée, humaine.
Oscar>Frère, humain.

Biographie : [Stop them or die trying.]

Il y a des blessures dont on ne se relève pas, il y à des mondes dans lesquels on ne peut vivre. Pourtant, inlassablement, on essais. Encore et encore. Parce que c’est dans la nature humaine. Parce qu’on sait qu’au dessus de nous quelqu’un finira par rendre justice. Du moins je le sais. Si ce monde n’est pas celui dans lequel j’aurais voulut vivre et s’il est loin d’être un long fleuve tranquille, c’est celui qui m’a accueilli.
Et c’est dans la grande Irlande que j’ai vu le jour. De cette époque je n’ai que peu de souvenirs. Les bancs de l’Eglise, Seann, Siobhàn, Oscar. Il n’y avait chez nous que la richesse de l’insouciante entente. De mes parents je ne garde que de vagues souvenirs. Juste de quoi m’en faire une idée après tout, ils ont perdu leur benjamine sept ans après l’avoir conçue.
Si, d’eux je me souviens les sourires confiants et chaleureux. Les encouragements lorsqu’Il tenait ma main. Leur assurance de mon futur radieux. C’était certainement mieux que de perdre toute leur famille, surtout qu’Il était réputé pour garder ses esclaves jusqu’à leur mort naturelle. Oui Il prendrait soin de leur Kaitlenn. Tsssk s’ils savaient.

Chacune de balles que le Beretta crachait était pour moi une libération. Chaque détonation froide et impersonnelle me secouait. La scène surréaliste se déroulait avec en premier plan mon bras tendu, au bout cette arme. Une scène floue et pourtant exacerbée. Les balles s’enfonçaient, inutiles dans le cadavre de mon défunt maître.
J’avais dix-sept ans et la vie m’était de nouveau offerte, toute en violence cette fois. Le visage trempé de larmes. Autour de moi ces hommes, sur lesquels mes préjugés glissaient, attendaient patiemment que je retrouve la raison.

Mon maître était un artiste qu’on se le dise, il avait obtenu de moi le même résultat qu’avec un tas de glaise auquel il aurait donné la vie après l’avoir sculpté. J’appartenais à Padraig Cridenbel même après sa mise à mort et c’est une chose qu’il avait obtenu rapidement. Une gamine de sept ans est aisément malléable, Il était puissant. P ; C, deux lettres qui s’entrelaçaient au creux de mon poignet gauche. J’étais Cridenbel jusque dans l’âme, le temps et la volonté me permit de me défaire de cette emprise qui persistait.
Apprendre à vivre avec les autres humains ne fut pas une mince affaire, j’avais été un joyau pendant dix ans. Oisiveté et souillure pendant dix ans. Un accessoire de luxe qu’on sort et qu’on exhibe. Apprendre à travailler, devenir son propre maître. La fédération m’avait sauvée sans comprendre qu’il était également nécessaire d’accompagner mon retour à la normalité. Si normalité il y a dans ce monde. En revanche le corps à corps et le tir me furent enseignés dans les règles et avec efficacité. Ma rancune et cette colère sourde, qui est pêché, firent de moi une novice hors-pairs. Puis une chasseuse de qualité. Exiger toujours plus, obtenir toujours plus.


« - Kaitlenn ?

-Quand tu m’aura touché. »

Claire était ma première novice, j’avais tout juste 20 ans, mon exigence lui pesait parfois. J’en étais consciente, mais ça n’influait en rien sur mes méthodes. D’ailleurs ses progrès me confortaient dans mon attitude. Claire avait perdu cette manière de se recroquevillé dès qu’une attaque pointait. Une gamine écorchée vive. Encore une. Elle avait perdu son maître en chasse et avec lui le niveau de chasse auquel elle était parvenue. Claire était pour moi autant un défi qu’un miroir, je me revoyais en elle. J’avais besoin de la sortir de ses peurs.

« Kaitlenn Teagan c’est la deuxième fois que je vous touche. »

Le sourire sur le visage de Claire était pour moi la meilleure récompense. Nos chemins s’entrecroisèrent pendant un peu plus d’un an et demie, le temps de la mener jusqu’au statut de chasseuse.
Je redevenais simple chasseuse pour un temps plus court que je ne l’avais prévu. Etre le mentor de quelqu’un nécessite un engagement que je n’étais pas certaine de pouvoir renouveler de si tôt. C’était sans compter l’irruption de Faolàn dans ma vie. Le 4 février 2149.

« Bonsoir. »

Il m’avait suivit je l’avais détourné de sa route, probablement, comme d’autres avant lui. C’est comme ça que je vis, dernière traces de mon étrange éducation. Cette formule de politesse sonnait comme une menace dans ma bouche charmeuse : C’était calculé.

« Dia duit Miss. Le nuit est dangereuse pour une femme seule.

-Ou pour un étranger.»

Son accent était fort et ses mots calmes. Irlandais c’était certain, peu impressionné de par son attitude. Je souri. Il fit de même en me détaillant sans gêne.

« Well, pas pour moi.

- Sur ?

- Certain. Je peux vous escorter jusqu’à votre destination.»


Ses maladresses dans la langue française ne me firent sourire qu’un instant. Un couple de Vampire poussé par la faim débarquait, je n’eu que trois balles à tirer, Faolàn avait déjà réglé son compte au second vampire et décapitait le mien. C’est, je crois, à cet instant que j’ai décidé qu’il était temps de redevenir Mentor. Il m’amusait cet Irlandais. Nous avons donc joué en toute impunité jusqu’à ce que nos chemins se séparent en douceur. Si Faolàn me manquerait en temps qu’élève il avait eu raison de rejoindre Richard Aberlin. Ce mentor lui permettrait d’acquérir l’implant qu’il convoitait et auquel je m’opposais. Nous sommes en mesure de mettre fin à ce règne sans nous dénaturer j’en suis certaine. J’ai ma foi comme arme, comme soutient. Inébranlable.
Il n’était plus mon novice, il restait mon amant. C’était la raison officieuse de son changement de mentor. Encore une fois ses exigences eurent raison de nous. Et le « nous » s’évapora, sans trop de dégâts pour moi : Je ne serais plus la femme d’un seul homme. Même si on me décrochait la lune. D’ailleurs elle est très bien à sa place, la lune. Faolàn avait besoin d’exclusivité, grand bien lui fasse. Une courtisane vous dira que vous êtes le seul tant que c’est ce que vous voulez entendre. N’allez pas vous plaindre de nos infidélités par la suite. D’ailleurs serait-ce réellement des infidélités ? Je n’avais jamais promis fidélité, je lui avais servie une vérité légèrement aromatisée.
Je ne considère pas mon attitude comme un pêché, elle le serait si j’avais construit une famille et offert mon amour à un homme en particulier. Je n’ai toujours pas ces intentions. Je n’imposerais pas ce monde à d’innocents enfants.
Ma priorité reste celle de les arrêter. Me venger, même si ces sentiments sont condamnables. L’indépendance est une qualité dans ce monde, elle n’empêche pas les liens d’affection de naître. Le jeu continue. Faolàn m’amuse toujours autant, désormais complices les choses sont plus simples. Je supporte ces prévenances parfois étouffantes par amitié, il ignore mes excès pour la même raison.

2154. J’ai décidé de reprendre du service en temps que mentor après quatre années de chasse solitaire. Certes la chasse solitaire est toute relative lorsqu’on appartient à la fédération. Disons que je ne m’encombrais pas d’un novice aussi charmant soit-il. Encore une fois le novice que je prends en charge est plus âgé que moi et je sais que ça lui posera des problèmes d’orgueil. Il apprendra à m’écouter, point. Un français émigré d’Italie, j’aurais pus choisir plus simple pour redevenir mentor, mais où est l’amusement dans la facilité ? Si je reprends du service c’est parce qu’un novice vous apporte presque autant que vous l’aider.
Denis à l’air presque aussi buté que Faolàn. Je gagnerais, d’une manière ou d’une autre.


See You. I hope.
K
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislinn A. Aberlin
Amazone rougissante †

avatar

Date d'inscription : 05/04/2009
Nombre de messages : 296
Age : 27
Doublon : Liad'
Métamorphose : Gamine

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Re: Kaitlenn Teagan   Mar 18 Aoû - 22:28

Aislinn boude... ça faisait longtemps. Et t'imagines même pas comme c'est galère de te passer dans l'autre catégorie ^^

Irish flag
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kaitlenn Teagan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kaitlenn Teagan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Fallen † :: † La torture ne fait que commencer † :: { Présentations } :: { Fiches Validées } :: { Humains }-