AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le paradis sur terre [Ais']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hayden Lacroix
† Rebelle †

avatar

Date d'inscription : 27/08/2009
Nombre de messages : 24
Age : 28
Doublon : /
Maître : Aucun
Esclave : Lydia?
Métamorphose : En larve, quand c'est l'heure de dormir.

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Le paradis sur terre [Ais']   Mer 9 Sep - 18:30

La chasse, pour beaucoup de gens, c'était barbare, ou lassant. Traquer, attendre que la proie soit en position, guetter la moindre de ses faiblesses et de ses réactions pour apprendre à la connaître. C'était un jeu sans fin, qui se répétait presque chaque nuit depuis onze ans pour Hayden. Véritablement un jeu, il s'amusait rarement autant qu'en traquant de la vermine, et invariablement, jusqu'ici, il avait toujours gagné.
D'ailleurs, il valait mieux pour lui qu'il continue de gagner haut la main, parce que si les chasseurs qui chassent en groupe avaient déjà peu de chance de vivre vieux, que dire d'un solitaire?
Les vampires n'étaient pas connus pour leur gentillesse, pour leur tendresse, ou pour leur propension à pardonner un chasseur un peu trop téméraire. Le tueur le savait, s'il tombait, il était mort, ou vampirisé, mais ça rendait justement la chose plus épicée, plus intéressante. C'était plus fort que lui, il aimait vivre dangereusement.
Il se retrouvait parfois dans des situations terribles, à rire, à invectiver son ennemi, et à se jeter dans le tas avec pour seule pensée « conserver une balle pour moi en cas de problème ». Oui, parce que pas question de tomber aux mains de l'ennemi,il préférait se faire sauter la cervelle plutôt que de finir ainsi, avec des canines, dépendant du sang et de la vie des autres.

Ces derniers temps surtout, peut être pour oublier ses doutes, pour tenter d'effacer certaines choses qui lui pesaient, il combattait avec plus d'acharnement que jamais, avec jamais assez de repos pour reprendre du bon pieds. Lentement, mais surement, il brûlait la chandelle par les deux bouts, et certaines blessures prenaient plus de temps que d'habitude pour se refermer. Bref, le signe qu'il fallait qu'il s'arrête pendant un petit moment, ou qu'il ralentisse bien le rythme. L'idée lui plaisait peu, le chasseur se sentait rarement aussi inutile que lorsqu'il n'était pas en train de chasser. Le fait de savoir que des gens souffraient, étaient réduits en esclavage, sans possibilité de se défendre, alors que lui se la coulait douce lui était toujours aussi insupportable. Mais il s'était réveillé la veille, le corps perclus de douleurs, et rien que rejoindre la salle de bain lui avait prit une quinzaine de minutes. Suite à quoi il avait joyeusement glandouillé sous la douche, avant de retourner au lit pour lire, incapable de faire quoi que ce soit d'autre. Tout allait pour le mieux, il savait qu'il aurait du prendre en considération le fait de faire une pause, mais il s'y refusait. Du moins jusqu'à ce que Lydia débarque cette nuit la, s'inquiète de son état dans des proportions monstrueuses, et le persuade avec perte et fracas de prendre quelques jours. Il faut reconnaître que se faire maitriser rapidement par une vampire vaguement pacifique et totalement nulle pour se battre alors qu'on était soit même un chasseur expérimenté avait de quoi refroidir.

A contrecœur, il se retrouvait donc à larver dans son lit et à se balader sans véritable but. La fin d'après midi approchant, et désœuvré au possible, l'idée d'aller visiter un bar pour chasseur dont il avait entendu parler quelques fois vint le titiller. Pour lui, grand solitaire n'aimant pas se faire remarquer, sortir dans un bar ne lui venait jamais à l'esprit, et les gens ne l'intéressaient pas. Que dire d'un bar de chasseurs? Les autres rebelles, comme lui, étaient les rares personnes qui attiraient son attention. Ils se battaient contre beaucoup monde, eux aussi, parfois moins seuls, souvent moins barbares et extrémistes que lui. Mais dans le fond, ils se battaient de la même manière, contre les mêmes ennemis, il était donc curieux.
Hayden se retrouva donc, en début de soirée, non pas à courir après un quelconque emmerdeur à canine comme d'habitude, mais devant ledit bar.

Le H, qui n'était pas aussi simple à trouver qu'il l'avait pensé. L'indication qu'il possédait était vague « quelque part dans Montmartre ». D'un geste, il posa sa main sur la poignée de la porte, puis entra. L'air chaud, puis les odeurs de boissons,vinrent lui fouetter le visage, et il resta un moment comme ça, à l'entrée du bar, observant sa disposition et les gens qui y étaient. D'un signe de tête, il salua la personne au bar, puis s'y dirigea d'un pas lent et tranquille, avant de s'asseoir. Le chasseur regarda autour en marchant, mais de nature discrète, n'adressa aucun sourire, aucun autre signe de tête, aucune parole.
Tout avait l'air on ne peut plus normal, hormis quelques regards intrigués qui se tournaient vers lui. Pourtant, il était dans un lieu inconnu, et aucun visage ne lui était vraiment familier. Ils auraient tous pu être des vampires, n'attendant qu'un moment d'inattention pour se jeter sur lui. Pour se rassurer, il vint poser la main sur son browning, caressant la crosse du bout des doigts. L'idée était ridicule, il ne risquait sans doute rien vis-a-vis d'un vampire en ce moment. Se détendant un peu, il tendit la main pour attraper la carte, qui trainait plus loin sur le comptoir.
D'un œil, Hayden la regarda rapidement, et s'arrêta sur une ligne bien précise. Bol de chocolat liégeois. Pas tasse, bol. Un bol, c'est à dire un contenant plus grand qu'une simple tasse. C'est à dire, plus de chocolat, plus de sucre. Il eut comme l'impression d'être illuminé, d'arriver au bout d'une longue quête, d'avoir trouvé un sens à sa vie. Le paradis sur terre existait bel et bien, il s'agissait d'un bar dans lequel on pouvait commander des bols entiers de chocolat liégeois. Avec un grand sourire désormais, il se releva la tête pour demander l'un de ces fameux bols, n'en pouvant presque plus d'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislinn A. Aberlin
Amazone rougissante †

avatar

Date d'inscription : 05/04/2009
Nombre de messages : 296
Age : 27
Doublon : Liad'
Métamorphose : Gamine

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Re: Le paradis sur terre [Ais']   Mar 22 Sep - 1:39

Finalement quand on y pense, la vie, ça tourne autour de pas grand-chose. Deux trois évènements, quelques lieux… pour Ace, c’était chez elle, le China ou le H, autrement nommé Hunter bar par les habitués. Une sorte de Fight Club dont la première règle était aussi de ne pas en parler, pour plus de sûreté. Parce que planquer le bar dans un vieux local, en plein cœur de Montmartre, et imposer à chaque client une errance dans les coins et recoins du 18° arrondissement pour trouver le bar, ça ne suffisait pas, il fallait encore que l’on se taise, et qu’on ne dévoile pas son emplacement ou son fonctionnement. Bon, bien sûr, c’était un peu exagéré, surtout que la troupe qui avait pris l’habitude d’y passer ses nuits n’était pas franchement au top de la discrétion. Mais comme Rose le disait, c’était pas la peine d’appeler les vampires en plus. Un bar de chasseur, pour que ça reste autre chose qu’une scène de crime, il fallait que ça soit privé. Et ça marchait plutôt bien, puisque les chasseurs aujourd’hui assez nombreux qui en avaient fait leur QG suffisaient a faire tourner la boutique. Pourquoi chercher à changer les choses, hein ?

Depuis qu’Aislinn fréquentait les lieux, rien n’avait changé, ou presque. Toujours les mêmes employés, la patronne qu’elle adorait et la serveuse que l’on trouvait aussi à l’hôpital, les mêmes tables, les mêmes clients, Alice et les autres, qui étaient le plus souvent ses compagnons de chasse. La même décoration aussi. Un peu sombre, un peu étouffante quand on ne connaissait pas. Intime. Agréable et protectrice. La jeune fille pouvait quand même se vanter d’être à l’origine de quelques modifications, comme le bol liégeois ajouté à la carte et que ce type – un nouveau, Ace connaissait tous ceux qui venaient ici et celui là n’en faisait pas partie – venait tout juste de commander. Qui d’autre qu’une grande enfant un peu dépendante au sucre pour faire oublier la bête tasse au profit d’un contenant plus intéressant ? Et puis pas un bête liégeois avec du chocolat en poudre et une pointe de chantilly. Du chocolat noir fondu dans du lait, recouvert d’une chantilly à la machine (rien a voir avec les bombes), avec par-dessus copeaux de chocolat et éclats d’amandes grillées. Une merveille pour les amateurs de sucreries, les vrais, ceux qui n’avaient pas peur des calories et qui faisaient suffisamment confiance à leur mode de vie particulier pour une élimination rapide. Parfait pour Aislinn quoi.

Délaissant le petit groupe qui parlait stratégie, pas franchement intéressée par toutes ces considérations techniques qui étaient en train de rendre une simple chasse digne des plus grandes expéditions, elle se rapprocha du bar et s’installa à côté du nouveau venu. Pas de questionnements sur une possible envie de solitude. Quand on voulait du calme, on ne venait pas au H. Pas quand on ne faisait pas partie de la famille en tout cas. Elle resta silencieuse un moment, se contentant de tendre à la serveuse un des sachets de nougat qui trainaient dans ses poches, anticipant sa demande. D’abord observer l’intrus. Chercher les informations importantes. Alors garçon ? Tu chasses quoi et avec qui ?

L’adolescente sourit et décréta qu’ils étaient dans le même camp. Il n’avait pas l’air là par hasard, et l’hypothèse transfuge était peu probable. Ils faisaient tous attention à retenir leurs mots quand ils n’étaient pas avec quelqu’un de confiance. Et puis au pire, s’il était dans le mauvais camp, il ne sortirait pas de là vivant. Hors de question qu’une bande d’idiots aux longues dents vienne raser son eden personnel. Elle en avait assez bavé avant de s’y retrouver, on n’allait pas l’en chasser de suite. Homme rebelle donc.


« T’as bon goût. Pour le chocolat je veux dire. Tu connais d’où le bar ? »

Joranne déposa le bol merveilleux devant l’homme, et Aislinn en réclama un autre d’un sourire, acquiesçant quand la serveuse lui demanda si elle voulait sa boule de glace avec. Sucre, sucre et encore sucre. Toujours un peu méfiante bien que persuadée qu’il ne représentait pas le moindre danger, Aislinn s’accouda au bar et continua de le dévisager sans s’en cacher.

« Tu chasses seul ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Lacroix
† Rebelle †

avatar

Date d'inscription : 27/08/2009
Nombre de messages : 24
Age : 28
Doublon : /
Maître : Aucun
Esclave : Lydia?
Métamorphose : En larve, quand c'est l'heure de dormir.

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Re: Le paradis sur terre [Ais']   Mar 20 Oct - 15:43

[Retaaaard quand tu nous tieeens...Pardon, rentrée mouvementée...vacances...j'ai mis du temps à répondre.]

L'endroit était plutôt agréable finalement, pour lui qui aimait la tranquillité et préférait en général les parcs ou la nature aux bars, bruyant et encombrés. Pourtant, il ne se sentait pas mal à l'aise ou agacé par la présence des autres personnes pour une fois, ce qui laissait présager une bonne soirée, même s'il devait la passer seul dans son coin, il aurait de quoi s'occuper. Entre son carnet de dessin qui trainait dans sa poche et la serveuse, plutôt jolie, dont il se ferait un plaisir de reproduire les formes sur papier, l'ennui n'était pas prêt de le saisir.
Il laissa son regard errer un moment sur la serveuse, puis le détourna pour observer les murs, les bouteilles, s'imprégnant de l'ambiance feutrée qui régnait dans le bar.

Ce qu'Hayden s'attendait à trouver en allant dans un tel bar? Il ne savait pas trop, mais la jeune femme avait raison, il ne s'agissait en tout cas pas de solitude ou de tranquillité. Ce n'était pas d'une énième soirée tranquille dans son appartement, à ressasser ses doutes et ses erreurs dont il avait besoin, c'était de compagnie, même un tout petit peu. Le chasseur aurait pu se contenter de venir, de rester seul devant son bol de chocolat, et de savoir que les autres étaient dans la pièce, en train de travailler, mettre des plans au point ou simplement de parler. En tant que grand solitaire, qu'on ne lui prête pas attention ou qu'on ne lui parle pas ne l'avait jamais vraiment dérangé. Leur simple présence avait quelque chose de rassurant, quand bien même les silences ou les paroles ne lui étaient pas dédiés, ils étaient la, leurs cœurs battaient, la vie dont ils étaient animée, bien que vive, était rassurante. Il y avait encore de la vie ici.

En fait, il s'était attendu à quelques questions, il devait sans doute tenir de l'intrus dans ce genre d'endroit, pour lui qui évitait en général les autres chasseurs. La méfiance était une réaction normale, la dangerosité du métier et le fait qu'il était impossible de distinguer clairement un ennemi d'un allié ne rendait pas la tache facile aux chasseurs. Mais à part quelques regards méfiants, une curiosité un peu développée, on n'avait pas plus fait attention à lui que ça, pas même un gros loubard pour venir le remuer un peu. Le stéréotype du grand type habillé en noir et couvert de tatouage le mettait en général à l'abri, c'était vrai, et lui accordait une paix toute relative. Enfin, la serveuse fit mine de revenir avec le bol, et toute l'attention d'Hayden était focalisé sur l'odeur qui s'en échappait, se réjouissant déjà de pouvoir y tremper les lèvres. Le chasseur remarqua donc à peine la jeune fille qui s'asseyait à côté de lui, ni la manière dont elle l'observait, tout son être étant tendu vers le chocolat, attendant son arrivée. Il ne prit conscience de son existence que lorsqu'elle lui adressa la parole, détournant son attention de la serveuse et du chocolat. Il se tourna vers elle avec un léger sourire, l'observa rapidement de la tête aux pieds, et inclina la tête pour la saluer.

-J'adore le sucre en général. Sourit un peu plus Un chasseur avec qui il m'arrive de chasser, il m'en a parlé la dernière fois qu'on a fait équipe...J'connaissais pas, c'est plutôt sympa.

Observant à nouveau le bar pour finir par reposer son regard sur elle, il remercia la serveuse pour le bol et inspira les arômes qui s'en dégageaient, ne prêtant plus trop attention à la demoiselle pendant un instant, il ne restait plus que lui et le chocolat. Avant de lui répondre, le chasseur planta son doigt dans la mousse et vint le lécher avec gourmandise, en toute innocence, puis opina un peu.

-La plupart du temps ouais, je mets que ma vie en jeu si je fais une connerie, ça me mets moins la pression...Mais pour les gros coups, j'imagine que j'fais comme tout le monde, je travaille en groupe.

Il l'observa un peu mieux, se rendant compte qu'elle était finalement plus jeune que ce qu'elle lui avait parue, et qu'elle était attablée précédemment avec un tas de chasseurs visiblement en train de s'organiser dans un coin. Était-elle chasseuse, elle aussi? Tout semblait l'indiquer, aussi partit-il du principe qu'elle l'était, l'âge important peu, c'était plutôt le nombre d'années passer à chasser qu'il fallait regarder, quant au sexe, il n'y faisait pas franchement attention à partir du moment ou il avait un chasseur sous les yeux.

-Et vous, vous faites comment ici, vous chassez tous en groupe?


C'était un peu par politesse qu'il demandait, et un peu par curiosité, il n'avait jamais eu affaire à un si gros attroupement de chasseurs, et nul doute qu'ensemble, organisés et nombreux, ils devaient être efficaces, et donc intéressants.


[Edit: *Vient de se rendre compte de certaines fautes et mauvaises tournures de phrases* La reprise est dure...faut être indulgent T_T]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislinn A. Aberlin
Amazone rougissante †

avatar

Date d'inscription : 05/04/2009
Nombre de messages : 296
Age : 27
Doublon : Liad'
Métamorphose : Gamine

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Re: Le paradis sur terre [Ais']   Dim 8 Nov - 23:31

L'inconnu était étrange, voire même carrément louche, mais n'avait pas l'air méchant. Et puis ici, c'était un repaire de chasseurs, de « rebelles ». Des gens d'un peu partout, un peu perdus, qui se retrouvaient dans un bar quelconque pour ne pas être seuls. Pas parce qu'on n'était pas fédéré qu'on devait absolument être solitaire. Alors à commencer par elle, la chasseuse enfantine, ils étaient tous un peu bizarres, certains simplement plus que d'autres. Peu soucieuse de l'indifférence du nouveau client, Aislinn le fixa sans ciller, vaguement inquisitrice. Le H, c'était chez elle, une deuxième maison. Elle hantait les lieux depuis à peu près un an et demi, et connaissait tout le monde. Elle était connue de tout le monde aussi, pas du genre à être discrète quand elle se sentait à l'aise. Alors si le nouveau devait s'établir là, s'il voulait revenir, elle se devait de faire connaissance avec lui. Et quoi de mieux pour bien commencer une conversation de le complimenter sur ses goûts culinaires ? Après la simple flatterie, la curiosité un poil méfiante passait beaucoup plus facilement. La preuve, l'inconnu y répondit sans détour, encore plus souriant qu'elle.

« Ben c'est un bon bar, la propriétaire y passe du temps. »

Elle aurait pu se montrer un peu plus suspicieuse, poser plus de questions sur l'homme qui lui avait indiqué le bar. Après tout, "Un chasseur avec qui il m'arrive de chasser", c'était assez vague, et ça pouvait bien être pour la mener en bateau. Mais il était seul, ils étaient nombreux, il était armé, elle l'était encore plus. Et rapide aussi. Quoi qu'il en soit, la méfiance n'apportait jamais rien. Ça rendait les présentations longues et ennuyeuses, les relations fastidieuses et probablement encore plein d'autre trucs avec des adjectifs en -euse. Oh, puis peintures de guerres mises à part, il n'avait pas l'air d'un barbare. Un autre type un peu paumé qui voulait s'affirmer, rien de plus. Et tant qu'il ne prenait pas sa place de benjamine du groupe, tout allait bien. Il fallait en savoir plus.

C'était un peu comme dans les documentaires animaliers, en fin de compte. S'intéresser aux mœurs de l'individu fraîchement débarqué pour savoir s'il pouvait s'intégrer au sein du troupeau, de la meute. Connaître ses habitudes alimentaires, son mode de vie, de chasse. Aislinn sourit, amusée par cette drôle d'idée, peinant à s'ôter l'image des singes que l'on voyait souvent à la télévision et secoua la tête. Se concentrer sur les mots de l'inconnu – il fallait qu'elle lui demande son nom au lieu de l'étiqueter comme l'inconnu éternellement – et siroter son chocolat liégeois. Il chassait seul pour ne pas mettre les autres en danger. Louable et logique, elle avait souvent fait la même chose, même si quand elle chassait en solitaire aujourd'hui, c'était plus pour le plaisir que pour le bien être d'autres chasseurs.

Ceux qui chassaient avec elle aujourd'hui étaient tous conscients du danger, elle n'aurait pas leur mort sur la conscience, juste du chagrin pour la perte d'un ami. Et elle était suffisamment raisonnable pour ne pas faire l'idiote au combat. Pas au point de mettre ses alliés en difficulté. Il n'était pas capable de faire attention ne serait-ce que cinq secondes ?


« Ben en fait, ça dépend pas mal, tu verras si tu viens souvent. Faut voir... »

Bon, ça n'était pas bien clair, mais c'était difficile à expliquer. Oui ils chassaient en groupes, souvent. Parce que c'était plus facile, parce qu'ils s'entendaient bien, qu'ils étaient plus forts. Mais pas tous dans un groupe, quand ils tenaient à une trentaine dans le bar, certains soirs, ils ne partaient pas en un groupe de trente. Ceci dit, l'inconnu devait s'en douter de ça...

« C'est comme partout, sauf que c'est plus simple ici parce qu'on se connait. On échange des informations, on prépare des chasses, des raids, ce genre de trucs. »

Et s'il voulait des informations un peu plus claires, il lui suffisait de revenir de temps en temps, histoire de pouvoir voir par lui même. Elle ne pouvait pas non plus tout lui expliquer, sinon rester n'aurait aucun intérêt. Avec un sourire, elle repoussa son bol de chocolat.

« C'est quoi ton nom ? Moi c'est Ace. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Lacroix
† Rebelle †

avatar

Date d'inscription : 27/08/2009
Nombre de messages : 24
Age : 28
Doublon : /
Maître : Aucun
Esclave : Lydia?
Métamorphose : En larve, quand c'est l'heure de dormir.

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Re: Le paradis sur terre [Ais']   Mer 2 Déc - 19:26

Les chasseurs et autres rebelles faisaient partie des rares humains qu'Hayden acceptait en général. Ils n'étaient pas un énième danger possible, il y avait un temps ou il les avait vus ainsi, comme de simples personnes avec un potentiel de trahison et de danger, comme le reste de l'humanité. Sa nature solitaire, sans doute renforcée par le mode de pensée et d'action de son mentor, l'avait fait fuir le moindre groupement de ce genre. Tout au plus il lui arrivait de chasser avec certains collègues triés sur le volet, par son maître lui même du temps ou il était encore en vie, mais Hayden n'avait plus fait de rencontre du cet acabit seul depuis...Longtemps.
Seulement, en temps de doute, tous divers et variés, quand on finissait par se rendre que certains vampires pouvaient être parfaitement humain et voir même qu'on laissait en vivre d'autres après certaines choses qui auraient mérité la mort....Quand on était plus tellement sur de savoir pourquoi on se battait, à force de voir le monde tel qu'il est...
He bien voilà, il ne savait plus du tout pourquoi se battre, et perdre sa raison de se battre, c'était plus ou moins perdre sa raison de vivre, en tout cas pour le guerrier.
Donc il était la, cherchant de la compagnie bien malgré lui et ses habitudes, pour voir d'autres chasseurs encore bien en vie, pour se dire que s'ils étaient la, cela valait encore la peine de continuer, même seul.

La raison pour laquelle il chassait seul, principalement, plutôt que d'éviter de mettre ses camarades en danger, c'était surtout le manque de confiance. Il ne voulait pas se mettre en danger, et même si ses compagnons de chasses pouvaient être parfaitement digne de sa confiance, le moindre doute perturbait Hayden et le rendait moins précis, moins rapide.
Il s'était déjà retrouvé dans des situations ou un simple commentaire, ou un regard trop appuyé, ou autre, suffisaient à déclencher chez lui un début de paranoïa.
Bizarrement et malgré son manque de sociabilité certain, les questions de la jeune femme et son attention ne le dérangeaient pas, sans qu'il puisse réellement dire pourquoi. Loin d'éprouver un intérêt particulier, malgré le fait qu'elle soit jolie, sa présence ne lui donnait au moins aucune envie de l'envoyer chier avec pertes et fracas. Ce qui était ce à quoi les étrangers avaient droit avec lui en général.
Bien loin de ça, au contraire, il se tourna mieux vers elle, sirotant encore son divin chocolat. D'un geste, déposa le bol, puis sortit son carnet à dessins d'une poche, de l'autre, son crayon à la mine plus ou moins taillée. Le chasseur commença à croquer Joranne pendant qu'ils parlaient, avec des coups de crayons rapides, maîtrisés.


-Je compte bien revenir ouais, à moins qu'on me foute à la porte.

Un léger reniflement pour sentir l'odeur de chocolat qui continuait de monter, quelques regards vers la serveuse pour continuer un peu de placer les premiers traits de son dessin, et il reposa son regard sur Ace, puisque tel était son nom. Particulier au passage, qui lui arracha un sourire, et Hayden lâcha son crayon, pour lui tendre la main, histoire de saluer poliment.

-Hayden, enchanté.

Ce qui, pour une fois, était presque vrai, alors que ses rencontres en général étaient loin d'être enchanteresses ou agréables. Il fronça toutefois un peu les sourcils, et finit par demander, la question le titillant un peu.

-Ace...c'est un pseudo, un diminutif? J'aime bien, mais c'est particulier.

Et il attendit, tranquillement, main tendue. Il était rare que ce geste vienne de sa part, mais la gamine attirait la sympathie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislinn A. Aberlin
Amazone rougissante †

avatar

Date d'inscription : 05/04/2009
Nombre de messages : 296
Age : 27
Doublon : Liad'
Métamorphose : Gamine

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Re: Le paradis sur terre [Ais']   Mer 2 Déc - 21:08

« On ne te mettra pas à la porte, promis. Au pire on te tuera. »

Si la seconde phrase pouvait être prise pour une menace, malgré le sourire de l'adolescente qui rapprocha son tabouret du nouveau client, ça n'était rien d'autre qu'une tentative d'humour, quelques mots au hasard pour détendre l'atmosphère (et la joueuse s'en veut de briser les rêves de son perso, mais détendre l'atmosphère en parlant de mort, c'est assez minable). Sans prêter d'attention particulière à la réaction d'Hayden donc, elle observa le dessin, admirant la façon dont il traçait les traits, s'imaginant les reproduire tout en sachant qu'elle n'y parviendrait jamais. C'est ce qu'il y avait de féérique à regarder les gens dessiner. On pouvait s'imaginer créer ces formes, on se voyait crayon à la main, tracer des traits à grand coup d'inspiration, mais dès que l'on essayait réellement, il n'y avait plus rien. Comme une bulle qui éclate. Ace leva les yeux vers Jay, souriant en la voyant travailler sans s'occuper de ceux qui l'observaient, et reporta toute son attention sur le dessin, amusée par cet espèce de grand bonhomme tatoué, ce grand dur qui s'asseyait là, commandait un bol de chocolat et commençait à dessiner. Avec un sourire, elle souffla, presque sur le ton de la confidence.

« Elle est belle hein ? »

Elle lui sourit et reprit son bol sans attendre de réponse, perçant la chantilly du bout de la cuillère pour aller pêcher un peu de glace, tout au fond du bol. Du chocolat pur et merveilleux, avec des éclats et des textures différentes. Elle aurait pu rédiger tout un essai sur les saveurs des liégeois. Ça aurait été probablement très excessif et un peu ennuyeux, mais ça aurait sans doute fait rire Faolàn. Elle secoua doucement la tête pour faire sortir le médecin irlandais de son esprit et sourit de plus belle quand Hayden se présenta. Main tendu, poli et simple. Le garçon, quelque soit son âge, n'avait vraiment pas l'air de ce qu'il était (ou l'inverse, peu importe) à un point tel que c'en était un peu comique, comme un numéro de ventriloque, ou un type bizarre vous agitait un joli pantin sous le nez. Lui serrant doucement la main, elle força son sourire à s'adoucir un peu de peur de paraître trop moqueuse.

« Ace c'est un pseudo, tout le monde m'appelle comme ça. Sinon tu peux entendre Ael, ça veut dire ange je crois. Et Ace c'est As, comme pour les cartes. Juste parce que ça ressemble à mon vrai nom et que je tire très très bien. »

En toute modestie.

« C'est joli Hayden. Ça te va bien, c'est cool. »

Et un peu féminin. Un peu doux en tout cas. C'était comme ces coquillages laissés à l'abandon, occupés par une autre petite bestiole dont elle ne se souvenait plus le nom, juste que c'était moche. Hayden était un coquillage. Qui commençait à manquer de chantilly d'ailleurs, mais ça n'avait aucun rapport. Il allait falloir qu'elle fasse attention à ce qu'elle faisait, à ce qu'elle pensait, ou l'adolescente allait rapidement s'éparpiller et fatiguer l'homme avec sa bonne humeur sortie de nulle part. Il la mettait à l'aise, sans qu'elle sache pourquoi, lui donnait envie de rire. Ou peut être que ça n'était pas lui, qu'il n'y était pour rien. Répondant à ses interrogations d'un haussement d'épaules, elle appela Joranne pour lui demander la bombe de chantilly, passa par dessus le comptoir pour aller se servir, tirant la langue à un ami quelconque qui l'apostrophait et revint finalement s'asseoir, plus calme, plus légère, sur son tabouret haut, rajoutant une montagne de chantilly dans le bol d'Hayden.

« Je remue beaucoup, désolée. Je ne suis pas toujours comme ça, mais personne ne chasse ou presque ce soir, du coup on est nombreux, et ça me met de bonne humeur. Ça te gêne pas hein ? »

Énième soupire et elle finit son bol, tentant de récupérer le maximum de chocolat possible avec sa cuillère, en commandant un nouveau dès le premier fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Lacroix
† Rebelle †

avatar

Date d'inscription : 27/08/2009
Nombre de messages : 24
Age : 28
Doublon : /
Maître : Aucun
Esclave : Lydia?
Métamorphose : En larve, quand c'est l'heure de dormir.

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Re: Le paradis sur terre [Ais']   Sam 5 Déc - 19:51

« On ne te mettra pas à la porte, promis. Au pire on te tuera. »

La remarque l'interpella, il n'y avait à son encontre strictement rien d'agressif, le sourire de la jeune fille lui prouvant cette hypothèse. Un sourire s'installa sur ses lèvres, un éclat rieur se faisant voir dans ses yeux. Il ne put retenir le léger rire qui lui échappa, amusé qu'il était par la remarque, la trouvant drôle. Oui, drôle. Hayden n'avait jamais été réputé pour son sens de l'humour, non pas qu'il n'en avait pas, le chasseur en était même bourré, seulement voilà, il avait un humour pourris et un poil morbide sur les bords. Ça l'avait incité, souvent, à retenir les remarques et blagues stupide qui lui venaient en tête, sous peine de s'en prendre une bien sentie de la part de son maître, que les trucs morbide...ne faisaient pas rire.


-Je suis soulagé alors, tant que vous vous arrangez pour que je reste mort. 

Le chasseur eu un nouveau rire, léger. Il se décala un peu en la voyant se rapprocher, bougea sa feuille pour qu'elle puisse le voir dessiner sans se tordre complètement le cou. Hayden reporta ensuite son attention sur la serveuse, pour commencer à faire des traits un peu plus appuyés, commençant par le buste. Viendraient ensuite les bras, les jambes, puis la tête, en dernier. Joranne était un modèle plaisant à dessiner, même si elle bougeait souvent, le traqueur n'aimait de toute manière pas les modèles qui restaient immobiles et attendaient patiemment. Croquer la vie, la personne au naturel, c'est surtout ça qui était intéressant, ainsi il s'attachait à reproduire ses gestes, son attitude corporelle, quand elle était simplement la, vivant sa vie.
La serveuse étant de nouveau loin pour s'occuper de clients, le chasseur reporta son attention sur Ace. Difficile d'imaginer une enfant pareil sur un champs de bataille, face aux vampires. Pas quand elle était aussi souriante, douce, accueillante. La différence devait être saisissante, entre son attitude ici dans le bar, et face aux emmerdeurs à canines.


-Ouais, elle est plutôt belle. Agréable à dessiner en tout cas. 

Ou comment dire poliment que Joranne avait des formes intéressante de son point de vue purement masculin, et qu'il aimait les modèles dont le corps et le visage lui inspiraient au moins un minimum de rêveries loin d'être très innocente.
Sans parler tout de suite de désir, sa libido étant relativement tranquille, Hayden était plutôt sensible aux fantasmes, voir même très sujets à en avoir une foule, très divers.
Il reposa ensuite sa main sur sa jambe, souriant lui aussi plutôt franchement en l'entendant, en voyant son sourire, elle était plutôt communicative, ce qui était étrange, mais pas désagréable.

-Je vais me cantonner à Ace. T'es si bonne tireuse? T'utilise quoi comme armes? 

L'une des grandes passion du brun, les armes. Toutes les armes. Anciennes, modernes, sophistiquées, simples, de contact, à distance, belles, moins belles..Inutile de dire donc, qu'Ace venait de titiller au delà du possible son intérêt, en ne faisant qu'évoquer de manière relativement indirecte les armes qu'elle utilisait.
Posant son crayon, il attrapa son bol pour boire tranquillement, se mettant une légère moustache de chocolat et de chantilly sur le haut de la lèvre, qui fut rapidement léchée. Hayden entreprit d'engloutir un peu plus de son bol à la cuillère, pour éviter les débordements et autres taches, avec un air grandement satisfait par le goût intense du chocolat. Le commentaire sur son nom le laissait un peu songeur, il y était relativement indifférent. Tout ce qu'il savait, c'est que sa mère, dans un excès de « j'ai pas envie de me prendre la tête » avait déclaré que si le gosse était une fille...se serait Hayden, et si c'était un garçon...Hayden aussi, tant qu'à faire, c'était joli pour les deux.
L'anecdote l'avait fait rire, il la considérait juste comme une énième preuve de négligence de la part de sa mère à son égard, mais était comme d'habitude absolument incapable de lui en vouloir.
Il la regarda ensuite apostropher Joranne, attraper la chantilly, et lui bourrer son bol qui commençait à être vide d'une montagne de chantilly. La voir agir comme ça, de manière spontanée, avec toute cette bonne humeur...
Ça lui rappelait certaines personnes de son passé, des amies qu'il avait pu avoir ado, et c'était rafraichissant. Il lui fit un petit sourire espiègle, trempant son doigt dans la crème pour le lécher après, et secoue la tête.


-Ça me gène pas du tout, qui irait te reprocher d'être de bonne humeur? C'est plutôt cool en fait, reposant. Merci pour la chantilly. 

Reprenant sa cuillère, il entreprit de vider à nouveau son bol, délaissant son dessin pendant un moment, l'appel du chocolat et du sucre étant trop fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislinn A. Aberlin
Amazone rougissante †

avatar

Date d'inscription : 05/04/2009
Nombre de messages : 296
Age : 27
Doublon : Liad'
Métamorphose : Gamine

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Re: Le paradis sur terre [Ais']   Mar 8 Déc - 1:02

L'adolescente sourit, ravie de la tournure que prenait la discussion. Les armes, c'était le sujet idéal. Comme parler de poupées à une enfant ou de matériel médical à Faolàn. Elle connaissait tout ou presque, elle en maîtrisait de nombreuses. Pendant un temps même, elle avait pensé en faire la collection, avant de reposer les pieds sur terre et de réaliser qu'avant tout, malgré la valeur sentimentale de celles qu'elle possédait, ça n'était que des outils. Bien sûr, ses glocks étaient plus que ça. Ils représentaient des heures et des heures d'entraînement, des récompenses, des moments de sa vie.

Mais même si elle adorait son arbalète, si elle aimait certaines armes un peu plus barbares ou primitives, comme certaines haches magnifiques, elle n'était pas de ces collectionneurs un peu étrange. Elle était juste habituée à vivre au milieu d'une multitude de pieux, revolvers, pistolets et autres jouets. Quoi qu'il en soit, quand l'interlocuteur savait de quoi il parlait, comme ça avait l'air d'être le cas avec Hayden, vu la brève étincelle qu'elle avait cru voir dans ses yeux, la conversation devenait rapidement prenante et enrichissante. Tant qu'il ne lui faisait pas l'éloge des beretta, tout allait bien. Elle suivit son bol des yeux et se contenta d'une simple réponse pour commencer.


« Je suis la meilleure tireuse du groupe. »

Elle lui offrit un nouveau sourire assez fière et reprit, intarissable.

« Ça fait douze ans que je m'entraine, alors tu peux me croire, je sais faire, et avec presque tous les types d'armes. Mon père m'a appris. J'ai même essayé un fusil de précision une fois, qu'on avait trouvé plus ou moins par hasard, mais c'est pas trop mon truc, je préfère pouvoir tenir l'arme. Les trucs genre sniper, c'est beaucoup trop impersonnel. Bon après c'était du bas de gamme, et avec des balles classiques, l'argent coute super cher de base, alors avec des armes spéciales, c'est assez impressionnant.

Sinon j'ai un peu de tout, j'ai hérité des armes à feu de mon père, donc ça fait un paquet, et je jette jamais rien. Tant que l'arme est bien entretenue, ya pas de problème. Le plus souvent je chasse avec des glocks. En général deux, ça évite d'être à court de munition, et comme je suis ambidextre, suivant l'occasion, un est plus pratique que l'autre. Quand on le fait en groupe, ça arrive qu'on prenne du plus lourd aussi, mais pour la traque, les armes de poing sont carrément plus pratiques.

En plus les glocks sont pas bien lourds, et ils ont un bon chargeur. Les miens sont ordinaires, mais j'en ai eu un en automatique 30 coups. Sauf que le côté mitrailleuse, c'est pas très pratique. Déjà c'est pas discret, et puis question maniabilité, c'est pas ça. J'ai un bodyguard aussi. Smith and Wesson. C'est petit et plutôt efficace, et les fringues le dissimulent bien. Quelques autres trucs, mais je dis jamais tout ce que j'ai sur moi, question de sécurité et d'habitude. »


Elle hésita un moment, fronça les sourcils et but quelques gorgées, avant de reprendre la parole, ne laissant pas à Hayden le temps de parler.

« Et puis il y a l'arbalète aussi. Mais les carreaux d'argent coûtent une fortune. Enfin, j'ai fait quatre ans de tir à l'arc, et même si c'est pas tout à fait la même chose, c'est assez agréable de s'en servir. Sauf qu'il faut toujours récupérer les carreaux, les nettoyer pour s'en resservir. Si tu gaspille l'argent comme ça t'es sur qu'en quelques mois, c'est fichu t'as plus les moyens de chasser. Après ya le marché noir pour revendre ce qui est trop endommagé, ils le refondent et tu récupère d'autres trucs. Mais je t'apprends rien. »

Elle rit en passant par dessus le bar, enfantine. Elle était ici chez elle, la discussion la mettait à l'aise, la laissant aborder un domaine qu'elle maîtrisait parfaitement. Elle aurait presque aimé que Faolàn soit là, il aurait vu qu'elle était normale d'habitude. Quand il n'était pas là pour se moquer. Hayden lui au moins ne la faisait pas rougir. Elle vida la bombe de chantilly, prévint Jay pour qu'elle le note sur l'ardoise et s'intéressa de nouveau au nouveau.

« De rien. Si tu veux, on doit partir avec Alice, Emeline et Maxime, les trois à la table là-bas. Une amie d'Emeline qui a un problème avec des transfuges, parce qu'elle bosse dans une banque du sang, tu sais, un petit truc, mais ya toujours des groupes pour venir piller et tout saccager. Elle est toute seule, celui qui bosse avec elle s'est fait tuer ya deux jours. On sait plus ou moins où est le groupe, t'as qu'à venir avec nous, ça devrait pas les gêner. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayden Lacroix
† Rebelle †

avatar

Date d'inscription : 27/08/2009
Nombre de messages : 24
Age : 28
Doublon : /
Maître : Aucun
Esclave : Lydia?
Métamorphose : En larve, quand c'est l'heure de dormir.

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Re: Le paradis sur terre [Ais']   Jeu 10 Déc - 16:02

Tranquillement, sans se douter du flot de parole qui allait bientôt l'inonder, Hayden continua de vider son bol, se prenant à rêver qu'il n'en atteindrait jamais le bout, qu'il pourrait continuer encore longtemps d'engloutir la crème chantilly. Ça aurait été agréable, songez, comme la corne d'abondance, voici le bol d'abondance, toujours prêt à vous satisfaire vos envies les plus folles de chocolat et de chantilly, jusqu'à vous en faire péter la panse. Oui, vraiment, ça aurait été bien.

Avec un sourire, plutôt impressionné, il écouta la jeune fille attentivement, cherchant à évaluer son âge. Elle disait s'entrainer depuis douze ans, ce qui lui donnait...Un an d'expérience en plus, s'il savait encore compter. Mais douze, c'était beaucoup, surtout pour quelqu'un d'aussi jeune. Fronçant un peu les sourcils, le chasseur estima qu'elle devait avoir à peu près une vingtaine d'année, peut-être un peu moins. Il ne savait pas trop quoi penser, lui même avait commencé plutôt jeune, il n'était même pas majeur quand il avait rencontré son mentor. Mais la, ça devait faire quoi? Depuis au moins un peu avant ses dix ans que la petite chassait, et Hayden eut de la peine à retenir les questions qui lui brûlaient les lèvres, titillé dans sa curiosité. Pourquoi? Comment? Quelles histoires et tragédies se cachaient derrière tout ça? Il était rare qu'une personne l'intéresse pour son côté humain, son histoire, mais il fallait reconnaitre que la jeune demoiselle avait quelque chose d'intrigant et de presque attachant. Presque, si s'attacher avait été son genre.
Par politesse, le traqueur la laissa parler, hochant parfois la tête, osant même jusqu'à un sourire et un air appréciateur en entendant parler des glocks. Des bonnes armes, avec presque aucun défauts ou reproche, et diablement efficaces, dans ses souvenirs. Un peu comme son browning, son bébé, celui dont il ne se séparait jamais, sauf que le chargeur des glocks était plus conséquent, et que son bébé avait la réputation d'être l'un des plus précis au monde. Force brute contre finesse donc, même si Hayden ne se privait jamais de faire un usage intensif de ses armes plus lourdes.
Attendant sagement qu'elle ait finit, et ravis de pouvoir parler armes et équipement avec un camarade chasseur, il sourit et pris la parole à son tour.

-Douze ans? C'est impressionnant, je veux dire, t'a pas l'air si vieille, t'a du commencer plutôt jeune, je me trompe? Sinon, les fusils de précision c'est pratique, surtout quand on chasse seul, par exemple quand je suis blessé et que je préfère pas trop m'approcher de la cible, j'ai tendance à me servir du mien, mais ça remplacera jamais un coup de fusil à pompe ou le fait de vider son chargeur presque directement sur la cible.

Il haussa un peu les épaules, parlant relativement froidement. Les vampires et humains étaient, et resteraient, pour la plupart, des cibles potentielles, il se refusait à les considérer autrement. Seul les autres chasseurs faisaient exception.

-Les glocks sont géniaux oui, pour peu que tu vise aussi bien que tu le dis, ça doit être un véritable déluge sur les cibles. J'en ai utilisé quelques fois, mais ils sont trop lourds, les trois quart du temps j'utilise un browning, pour la traque. Précis, rapide, pour les cibles mouvantes ou un peu éloignées, y'a pas mieux, même si bon, je dois toujours faire gaffe à emporter assez de chargeur, ça se vide vite. Après, si j'ai besoin de plus lourd je passe au desert eagle ou au fusil à pompe. J'en ai un de fabrication russe, semi-automatique, avec un chargeur pas mal foutu, j'ai huit coups avec. Et en plus de ça, il est compact, presque léger. Les armes de l'est, elles sont vraiment bien.

Une certaine lumière avait brillé dans ses yeux pendant sa tirade sur le fusil à pompe, mais il fallait le comprendre, son acquisition était encore récente et il ne cessait de s'émerveiller comme un gosse sur les capacités de compet' de l'arme en question. Pour un peu plus, il aurait presque crié son amour de la Russie.
Hayden passa un doigt dans son bol pour récupérer un peu de crème, de chocolat, surpris lui même de parler autant.


-Pour les arbalètes, jamais testé, l'argent c'est en effet bien couteux et vu ma propension à perdre les choses dans mon appartement, je me ruinerai...trop rapidement. J'me contente de la machette, et plutôt que de l'avoir tout en argent, c'est juste du plaqué de bonne qualité, ça coute moins cher et c'est tout aussi efficace.

Voilà, sa tirade était achevée, souriant, beaucoup plus détendu, il regardait la jeune fille tranquillement, réfléchissant.
Sa relation aux armes était un peu différente de celle d'Ace, car même sans chasser, il avait toujours aimé les armes, certaines pour leur aspect, d'autre pour leur historique...Et avait commencer à les collectionner assez jeune. Il ne les revendaient jamais, chacune ayant sa particularité, son histoire, comme le CZ 75, pistolet de légende s'il en est, qu'il gardait bien précieusement pour le cas particulier ou son bébé, le Browning, pourrait être cassé ou hors d'état. Le CZ en question avait été acheté en pièces détachées, puis remonté à la main par Hayden, qui avait eu alors une simple envie de s'amuser, comme il l'aurait fait avec un puzzle.
Son amour pour les armes ne se limitait d'ailleurs pas aux armes à feu, ainsi s'il avait installé une niche sur le côté de son lit, creusée dans le mur, pour son fusil à pompe, il y avait aussi le long des murs de son atelier un arsenal très complet de lames et armes de contact en tout genre. Et parfaitement entretenues évidemment, vu la valeur qu'il accordait à ces objets.
Il se fit ensuite plus sérieux, l'écoutant attentivement quand elle parla de la chasse qui se préparait. Les transfuges, encore et toujours. Hayden aurait été incapable de dire qui des transfuges ou des vampires il détestait le plus.


-J'vous accompagne volontiers si ça dérange personne, j'avais rien prévu de particulier. Tu parle d'un groupe, ils sont combien à peu près?

D'une main, il referma son carnet à dessin et rangea le tout, plus tellement d'humeur à dessiné. S'ils allaient chasser, autant se mettre dans l'ambiance, l'idée de zigouiller du transfuge lui donnant l'envie de sourire autant que l'envie de grogner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislinn A. Aberlin
Amazone rougissante †

avatar

Date d'inscription : 05/04/2009
Nombre de messages : 296
Age : 27
Doublon : Liad'
Métamorphose : Gamine

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Re: Le paradis sur terre [Ais']   Mer 6 Jan - 17:14

Il était plus vieux qu'elle. De combien, elle n'aurait pas su le dire, mais ça se voyait. Ils étaient tous plus vieux de toute façon. De puis qu'elle fréquentait le Hunter bar, elle n'y avait jamais connu quelqu'un de plus jeune, sa voisine mise à part. Mais Leah ne chassant pas et venant ici pour des raisons plus familiales qu'autre chose, ça ne comptait pas. Plus vieux donc, et nouveau. Un type sorti d'on ne sait où, ramené ici par on ne savait qui, et qui voulait... est ce qu'il avait dit pourquoi il venait là ? Elle ne se souvenait pas le lui avoir demandé donc non, il n'avait probablement pas donné de raison. Un type louche quoi, avec les peintures de guerre, les armes à vous décrocher la mâchoire (et tout ce qui y est accroché) en une seconde et une addiction pour le sucre. Comme elle, en mâle et les tatouages en plus. Il était forcément cool.

Pas vraiment inquiète donc, Aislinn l'observa interagir avec son bol, avec la fascination d'un enfant pour un autre à qui il aurait prêté un jouet. Rectification, il était plus bizarre qu'elle. Elle ne pouvait pas être étrange à ce point. Et puis elle était petite, c'était pour ça. Tout le monde sait que les enfants aiment le chocolat. Voilà, c'était ça. L'enfant soldat avait besoin de son quota de chocolat pour être en état de marche. Pour lui, c'était de la gourmandise pure, associée à une étrange façon d'être qui l'avait poussé à venir dans un bar plein de types armées jusqu'au dents pour reluquer leur serveuse préférée. Il était suicidaire en plus... Enfin, aussi tordu que soit Hayden, il l'écoutait, et c'était toujours mieux que Faolàn. Et non elle ne faisait pas une fixation sur le médecin, mais ça n'était juste pas de sa faute s'il était le seul bonhomme – vampires non compris, et encore – à ne pas l'écouter parler, où faire semblant du moins, et à se moquer d'elle dès qu'elle ouvrait la bouche (et même quand elle ne le faisait pas). C'était rageant.

Féminine, donc capable de penser à quelque chose et de parler d'une autre, l'adolescente se laissa emporter dans son monologue sur les armes et sourit quand elle eut fini, laissant Hayden répondre en paix, jouant avec sa paille pour rester concentrée et ne pas l'interrompre. Ce qui bien sûr fut un échec, l'homme lui posant une question dès la première phrase et l'amazone étant incapable de ne pas y répondre machinalement.


« Non, j'avais sept ans. »

Et il pouvait continuer. D'un geste, elle demanda un verre d'eau à Joranne et la paya d'un nouveau sachet de nougat, puis reporta son attention sur le chasseur rebelle. Il parlait comme beaucoup d'autres. Il parlait de cible, utilisait des mots techniques, lui donnant l'impression que c'était pour lui un peu comme un job et rien d'autre. Pas d'implication, pas de complication comme ils disaient. Il tuait les vamps, allait se faire payer à la fin du mois et ne mélangeait pas vie sociale et vie professionnelle, si jamais il avait une vie sociale. Il donnait un nom à ses armes et les rangeait toujours très bien, toujours propres, toujours prêtes pour un nouveau service. Le Terminator des vamps, à chiquer du tabac, avec un gros gilet par balle, un chapelet de bijoux d'argent en tout genre et des lunettes de soleil. Non ça n'était presque pas exagéré. Elle sourit en l'imaginant affublé ainsi – le pire étant qu'il aurait eu un look d'enfer – et s'abstint de toute autre psychanalyse mentale visant à déterminer quel était le but de la vie d'Hayden. C'était un boulot pour la Bête ça, pas pour elle. De toute façon il détestait les vampires, c'était flagrant et puis point. Et tant pis si ça n'était pas le cas, c'était le sentiment qu'il dégageait.

Souriant de nouveau, elle suivit des yeux le doigt qui écumait le bol puis se portait à ses lèvres, concentrée sur le mouvement et sur ce qu'il avait dit jusqu'ici, prête à reprendre la parole dès qu'il aurait terminé. Parce qu'il avait encore des choses à dire, ça se voyait. Et en effet, il reparla. Comparer l'arbalète à une... machette ? Bon, ben il était définitivement plus barbare qu'elle. D'accord, elle rêvait d'une hache, mais c'était différent, la hache était lourde, elle tranchait proprement. Et de toute façon, c'était plus pour l'avoir que pour s'en servir, elle se voyait mal sortir avec. Mais une machette ? Est-ce que ça n'était pas ce qu'on utilisait dans les forêts tropicales pour se frayer un chemin ? C'était pas un peu... bizarre ? Elle l'imagina en train de faire de grands gestes avec son grand machin et sourit. Elle se plantait probablement, mais on ne pouvait quand même pas comparer un tel engin à la précision d'un carreau d'arbalète. Et puis on pouvait les plaquer aussi, si on voulait faire simple, mais récupérer ses munitions n'était pas vraiment compliqué, tant qu'on parvenait à tuer le vampire. Il fallait juste ajouter une balle en argent dans son coeur, et on pouvait récupérer les carreaux. Rien de plus simple. Elle haussa les épaules et vida son verre.


« L'avantage de l'arbalète aussi c'est la distance. Tu n'es pas obligé d'être au corps à corps. Et puis c'est quand même plus propre que tout ce qui est couteau, dague, épée, machette et compagnie. Encore qu'une dague bien maniée... Et puis pour les carreaux, comme on peut s'en servir plusieurs fois, ça amortit bien le coup, et on s'y retrouve assez facilement. Après je ne me sers pas de l'arbalète très souvent, donc la plupart du temps, les carreaux sont rangées dans une boîte avec tout ce qui est balles, pieux et compagnie. »

Elle hésita et jugeant que la discussion s'approchait trop du rangement de ses placards et de sa salle d'entraînement, elle changea de sujet, reprenant la discussion dans l'ordre.

« Et j'ai commencé très tôt, mais juste l'entraînement en fait. J'ai eu mon glock au tout début, j'avais sept ans, mais j'ai tué mon premier vampire à quinze ans et je chasse presque tous les jours depuis deux ans à peu près. Avant c'était surtout pour me défendre, donc ça ne compte pas pareil. Du coup, comme je l'ai toujours eu, je trouve pas que le glock soit si lourd. Ça dépend lequel tu prends, la taille de ton chargeur et tout, mais mon modèle est plutôt maniable et puis quand on l'a sur soi en permanence, on s'y habitue vite, je ne le sens même pas. Quand j'ai les deux avec un ou deux pieux à la ceinture, ça pèse un peu, mais seul, c'est pas pire qu'avoir les poches pleines. Et puis c'est vraiment bien. Il y a pas mal de chasseurs qui prennent des colts parce que c'est classique, ou des berettas. C'est un truc qu'ils ont en novice, surtout à la Fédération je pense. Ils sont pas capables de vraiment se battre alors on leur donne des armes avec des tonnes de sécurité. Pour qu'il ne se trouent pas le pieds en le faisant tomber. »

Elle sourit, un peu moqueuse, et leva les yeux au ciel.

« C'est pas dur de tenir une arme en même temps. Même si elle ne leur tire pas dans le pieds, qu'ils le fassent tomber au combat leur beretta. Bientôt, il réclameront des armes à reconnaissance vocale, pour pas qu'on s'en serve à leur place. Et le jour où ils seront enroués, ils se feront tuer. »

Pourquoi elle détestait autant les berettas d'ailleurs ? Alors qu'elle avait toujours vu son père avec, elle avait fini par porter à l'arme un mépris étrange et carrément exagéré, qui avait réduit l'arme au rang de « jouet pour fillette ». Si Barbie avait une arme à feu, ça serait celle-là. Enfin. Elle prévint Jay qu'ils avaient fini, lui demandant un service pour son autre job et se leva, appelant ceux avec qui ils devaient chasser. Les présentations faites, elle sourit à Hayden.

« Les transfuges ? Ça dépend. Ils sont une dizaine à venir au centre, mais je pense qu'ils doivent être un peu plus. »

« Genre vingt, dont peut être quelques vampires. »

« Comme dit Emeline, c'est elle le chef, c'est elle qui connait le coin. On y va ? »

{HJ : Tu veux qu'on joue la chasse ou pas ? Si non, tu peux clore, et si t'as envie de le faire, on verra ? :p}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le paradis sur terre [Ais']   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le paradis sur terre [Ais']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Fallen † :: { Résidences } :: { The H Bar }-