AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Damara Xenopolis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Damara Xenopolis
† Citoyen †

avatar

Date d'inscription : 25/02/2010
Nombre de messages : 1
Age : 26

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Damara Xenopolis   Jeu 25 Fév - 1:35

Damara Xenopolis


    Carte d’Identité.

    Age ; : 19 ans, le 28 Février 2133
    Groupe Sanguin ; : AB -
    Emploi; Etudiante en Art mais travaille le mercredi après midi, ainsi que les weekends (et certains jours après les cours) dans une petite boutique de chocolat.
    Etat Civil ;Célibataire
    Groupe ;Citoyen




Description


Caractère ; Dresser un profil psychologique pour ma part n’est pas quelque chose d’important. On apprend à connaître quelqu’un au jour le jour, non ? Mais puisqu’il le faut … Posée et calme sont certainement les deux qualifiants qui me vont le mieux. Pour cause, je ne m’emporte jamais, c’est tout simplement contre ma nature. La joie de vivre, la bonne humeur, toujours le sourire aux lèvres. Depuis toujours, j’ai appris à écouter les autres, les aider, à créer des liens. Je peux affirmer que côté social : je n’éprouve aucune difficulté pour la simple et bonne raison que j’apprécie le contact … Mais ne vous y fiez pas, je suis loin d’être quelqu’un qu’on dupe facilement, parce que parallèlement à ça, je suis toujours sur mes gardes pour ce qui s’agit de nouvelles rencontres. Poupée d’argile, ange fragile : en apparence. Je me suis toujours débrouillée -majoritairement- seule. Je ne suis dépendante de rien, ou presque … Spontanée, joviale. Sachez que la maladresse fait aussi partie de mon quotidien.

Si nous parlions défaut ? Comme tout le monde, j’en ai une multitude, plus banales les uns que les autres. Commençons par le plus marquant : Je ne sais pas dire non. Je suis incapable de tourner le dos à une personne dans le besoin et si je le faisais, c’est sans doute le remord qui viendra me rendre une petite visite. Je suis un peu têtue … Bon d’accord é-n-o-r-m-é-m-e-n-t mais ça ne se voit presque pas. Ensuite, comme toute femme qui se respecte je succombe facilement à la gourmandise (chocolate !).

Pour encore en rajouter, j’adore apprendre au jour le jour. J’ai ce besoin d’en savoir d’avantage ; ce besoin est assouvi au travers de nombreux livres de tout genre. Active aussi bien psychologiquement que physiquement. Mais n’allez pas croire que je suis une hyperactive, loin de là, j’aime prendre mon temps et souffler de temps en temps.




Apparence ; « Je suis comme je suis », c'est-à-dire une jeune femme avec un corps dans la norme. Du haut de mon un mètre soixante-deux, je ne ferais certainement pas peur à une mouche et ce n’est pas avec mon cinquante kilos tout rond non plus … On a toujours dit que j’avais le physique de ma mère mais surtout son regard, une bouille d’ange : deux yeux saphirs, un sourire angélique, des traits harmonieux. Un pourtour encadré par de longs cheveux foncés. Corporellement, je n’ai pas vraiment ‘’d’atout’’ avantageux, ils sont là mais voilà, qu’ils attirent le regard ou non m’est totalement indifférent. Vous le comprendrez peut-être, je n’aime pas parler de ça. Mais ça ne veut pas dire que je me néglige, justement, j’aime bien me mettre en valeur parce que même si je juge que ce n’est pas important, ma mère ma léguer la finesse de sa silhouette. Et mon père ? Disons que physiquement, j’ai quelques uns de ses traits, mais c’est surtout au niveau psychologique qu’il intervient.

Une taille fine, les hanches bien dessinées, disons que je n’ai pas de quoi me plaindre. Dans le milieu du dos, je porte un tatouage : Le caducée.





Lieu d’habitation ; Dans le vieux Paris dans un petit appartement, seule.

Armes; Aucun.


Autres; Ma langue maternelle est le grec, mais je parle aussi le français et l’anglais. Une simple petite remarque : l’accent méditerranéen s’entend assez bien.



Histoire


"O mon père, reçois ces libations propitiatoires évocatrices des ombres. Viens t'abreuver du sang noir et pur de cette vierge, que nous t'offrons." (CF. Euripide, Hécube v 536.)

Les âmes des défunts de la Grèce antique, des héros et des brigands notamment, sont condamnées à errer dans le monde des vivants sous forme d'ombres exigeantes et néfastes. Homère précise que les créatures de l'Hadès éprouvent le désir de revivre encore par l'intercession du sang quelles boivent goulûment. Ainsi, CEdipe prétend que "son corps froid viendra sucer le sang chaud" des Thébains, après leur défaite. (CF. Sophocle, OEdipe, v 261.)


Et les pages du livre se fermèrent dans un bruit sec …


Avant de débuter mon histoire, commençons par celle de mes origines ; mes parents. Vivant à Athènes (Grèce), Helene et Sebasten se connaissaient depuis toujours. Tout deux âgés de dix-neuf et vingt-quatre ans, ils n’attendirent pas très longtemps avant de s’installer ensemble. Mon père travaillait entant qu’historien et ma mère, entamait sa deuxième année d’infirmière.
A cette époque, les temps permettaient aux gens « normaux » de vivre dans une tranquillité quasi-totale puisqu’il existait une hiérarchie entre nous et eux. Athènes leur appartenait mais ils nous laissaient la bénédiction d’y vivre notre vie sans risque et sans peur. Ca, c’était bien sûr bien avant ma naissance …

Deux ans plus tard, mes parents étaient installés dans une petite maison au pied de l’Acropole, Helene était alors enceinte de huit mois, mariée et sans doute, la plus heureuse des femmes de Grèce. Elle mena sa grossesse à terme sans aucune difficulté, pour donner naissance, ce fameux 28 Février 2133 à une petite fille nommée Damara, qui signifie: « douceur ». A vrai dire, mon enfance se passait tout à fait normalement … J’étais une enfant assez avancée et toujours curieuse de découvrir de nouvelle chose, d’où pourquoi j’accompagnais assez souvent mon père dans les ruines des temples, … Tout allait pour le mieux. Ou du moins, pour l’instant.

Dix ans plus tard, la hiérarchie dressée entre nous et eux se fragilisait. Mes parents m’avaient bien sûr compté comment fonctionnait la communauté. Deux mondes différents. Mais sur dix ans de vie, jamais encore je n’avais eu l’occasion d’en voir un en vrai, j’avais hâte. Hâte de côtoyer un ‘’broucolocas’’. Je n’étais qu’une petite fille insouciante et peut-être un peu trop rêveuse.
Les personnes avaient de plus en plus de mal à vivre comme des exclus, si bien qu’une réforme éclatait au cœur d’Athènes. Les rêveurs et les insouciants voulaient prendre le pouvoir, chasser ses créatures inhumaines. Mon père disait qu’ils devenaient fous … C’était sans doute ça. Ma famille ne se mêlait pas de ça. Même si dans l’ombre, les broucolocas ne comptaient pas laisser cette affaire dans cet état.

Je ne sais pas vraiment expliquer ce qu’il s’était passé … Sur l’espace de quelques semaines, les manifestants avaient tous disparus comme par magie. Sebasten refusait que je sorte à la nuit tombée, refusait que je l’accompagne dans son travail. Je restais donc à la maison avec Helene à attendre son retour. Un retour qui se faisait de plus en plus long chaque soir. Si bien qu’en cette nuit de Novembre, je m’en souviens comme si c’était hier … Vingt-deux heures sonnait, j’étais seule avec ma mère dans cette maison blanche. Le vent soufflait contre les fenêtres et le feu dans le foyer dansait, lâchant sa douce chaleur sur nos peaux serrées. Assise à même le sol sur les genoux d’Helene, elle me comptait l’histoire d’Héraclès. Le « tic-tac » de la vieille horloge retentissait doucement, et les branches craquaient. Soucieuse, ma mère pensait que mon père était là mais il était encore trop tôt … Instinctivement, elle me demandait de monter dans ma chambre et de fermer la porte à clef … A dix ans, on est encore un peu « bête » et on demande pourquoi, pourquoi mais on finit par exécuter.
Je me souviens de son visage apeuré, de son dernier baiser …

Une ombre venait de se glisser sous la porte, et elle, elle courait, fuyant face à la silhouette noire. Reculant, Helene récitait, je m’en souviens :


« καὶ μὴ εἰσενέγκῃς ἡμᾶς εἰς πειρασμόν,
ἀλλὰ ῥῦσαι ἡμᾶς ἀπὸ τοῦ πονηροῦ.
[Ὅτι σοῦ ἐστιν ἡ βασιλεία καὶ ἡ δύναμις καὶ ἡ δόξα εἰς τοὺς αἰῶνας•] »*


Un dernier souffle, une dernière douleur puis, plus rien. Je me recroquevillais sous les draps, et sans faire de bruit, je laissais Morphée essuyer mes larmes, prendre mes peurs, prendre mon cœur …

Des pas engagés dans une course folle montaient les escaliers quatre à quatre pour venir frapper avec rage et désespoir contre la porte de ma chambre. « Damara, Damara !! », hurlait la voix de Sebasten. J’ouvrais les yeux, sautant sur la poignée … Il m’en lassa contre lui. Il pleurait, je sentais sa peur s’évaporer lentement. Vivante, c’était le mot qu’il me murmurait au creux de l’oreille.

« Où est maman ? »

Je m’étais risquée, il me serrait davantage. Partie …


Neuf ans plus tard, c’était toujours la même histoire, les « nouveaux-nés » s’accaparaient les rues durant les nuits. Pour notre part, dès que le soleil était au plus bas, on fermait tout et on priait nos dieux de l’Olympe de nous accorder leur protection. Ca semblait ridicule mais j’en avais besoin … Donc, durant neuf ans, j’avais grandi et surtout muri. N’oubliant jamais l’une des paroles de ma mère : « Ouvre toi, mais méfie-toi ». Blessée par sa disparition, oui, je l’étais mais je vivais encore. Je vivais avec les autres.
En première année à l’école d’Art, je me donnais corps et âme dans les études alors qu’à côté de ça, Athènes perdait de plus en plus de vie humaine, elle perdait sa nature chaleureuse malgré le soleil, la mer et les rires des enfants ... J’avais besoin de partir ailleurs. La France fut ma première idée, via des échos, Sebasten avait entendu dire que dans le vieux Paris, la vie continuait son cours entre Homme. Une sécurité ? Probablement, a-t-il pensé. Quoiqu’il en soit, il ne refusait pas mon départ.

Tout était prévu pour : aucun soucis pour payer mes études, ni le loyer d’un appartement puisque mon père comptait me verser une certaine somme d’argent par mois. Je pouvais partir, prendre « mon envole ».





* « Et pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laissez pas succomber à la tentation.
Mais délivrez-nous du mal. »



Hors Jeu


Célébrité sur l'Avatar; Owh, euh, personne =/ http://paranoid-makona.deviantart.com/gallery/

Prénom et/ou vos Pseudos; Yo, pour les intimes !

Age; 18 ans

Lieu de vie; Quelque part en Belgique

Niveau de rp; Buuh … Plus de deux ans. Sinon bah, un niveau normal je pense …

Comment avez-vous connu le forum ?; Par Siriel =)


Avez-vous lu le règlement ?; Validé par Fao Le Merveilleux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislinn A. Aberlin
Amazone rougissante †

avatar

Date d'inscription : 05/04/2009
Nombre de messages : 296
Age : 27
Doublon : Liad'
Métamorphose : Gamine

Feuille de personnage
Tell me more:

MessageSujet: Re: Damara Xenopolis   Jeu 11 Mar - 2:14

Validée, jolie fiche, fais juste un peu attention aux accords, tout ça Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Damara Xenopolis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Fallen † :: † La torture ne fait que commencer † :: { Présentations } :: { Fiches Validées } :: { Humains }-